Shadly Hollow
Bonjour à tous. <br><br>Le forum ayant subit un coup des plus dur suite au départ de nombreux membres –disposant entre autre de postes importants, Shadly Hollow refait peau neuve. Nous comptons repartir de zéro, en modifiant un peu le contexte pour le rendre plus actuel. L’opération prendra un peu de temps, mais si vous souhaitez continuer l’aventure en notre compagnie, envoyez un mail à l’adresse suivante : toxiic-sicilian@hotmail.fr En précisant votre pseudo dans l’invitation. Il est fort probable que vous ayez à mettre à jour votre personnage, tout comme nous mettrons les nôtre à jour, mais ce n’est pas une certitude. <br><br>A bientôt sur Shadly Hollow =)<br>Asher & Natasia.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim   Lun 5 Avr - 17:40

Lady Hayley nò Helheim
« Il est temps de savoir qui se cache derrière ce masque... »






    ÂGE PHYSIQUE ; D'apparence, j'ai l'air d'une fragile jeune fille d'une vingtaine d'année tout juste.
    ÂGE RÉEL ; Aaah mais dois-je vraiment le révéler? De toute façon, je n'en sais rien. J'ai connu bien des hivers, bien des guerres. J'ai vu les hommes s'entre tuer pour bien peu de choses…Jusqu'à oublier mes propres racines. Je dois tourner autour des six cent ans, peut-être un peu plus…
    DATE ET LIEU DE NAISSANCE ; Je n'en ai pas la moindre idée. Je née née un jour, quelque part. Lorsque l'on vit si longtemps, on finit par l'oublier. J'ai du recevoir un violent coup sur la tête étant humaine…Je sais que je viens de Suède, mais les époques se confondent pour moi.
    ORIGINE ET NATIONALITE ; Suèdoise à la base, dans mes origines. Je dois aussi avoir un peu de sang norvégien…Sinon, ma nationalité actuelle oscille entre anglaise, française…Tout dépend quand j'en ai besoin.
    RACE ; Lorsqu'on vit aussi longtemps, on ne peut être que vampire! Et pas n'importe quel vampire. La descendante directe du célèbre et mystérieux Alekseï nò Helheim, membre du Conseil des Vampires.
    LIEU DE RÉSIDENCE ET RANG DANS LA SOCIÉTÉ ; Parfois, je loge au Manoir. Je suis une invitée de marque! D'autres fois je loge dans une maison sur Mayfair, entourée de hauts sapins cachant la vue sur mon jardin. Mon cercueil est au sous-sol, bien protégé. Tout le haut est aménagé…Ce n'est pas ma maison, elle appartient au Conseil mais qu'importe, j'ai le droit de l'utiliser.
    PROFESSION ; Je n'ai jamais eu besoin de travailler de toute ma vie! L'argent n'est pas un problème, je profite de la fortune Helheim comme je le désire. Et je n'en abuse pas, même si je pourrais…


Notre Créateur est tout ♥️
« Grâce à lui, nous vivons. »


PSEUDO ; Appelle moi Hayley!
ÂGE ; Et bien je vais sur mes dix-sept ans…
CODE DU RÈGLEMENT ;
Spoiler:
 
AVIS SUR LE FORUM ; Il est SU-PERBE! Un excellent travail =)
COMMENT TU NOUS A CONNU ? ; Via un partenariat!
AUTRE CHOSE A DIRE ? ; Muahahaha vous allez souffrir! Very Happy
CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR ; La très jolie Rachel Hurd-Wood
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim   Lun 5 Avr - 18:02



Helheim. L'Enfer, dans la mythologie nordique. Ne trouvez-vous pas ce nom délicieusement bien choisis et, accessoirement, assez seyant pour la lignée d'un des plus puissant et des plus cruel membre du Conseil des Vampires? Assurément. Helheim, le nom de mon maître, de mon père vampire. Le nom de l'homme qui a donné un sens à ma vie, devenue non-vie. Qui étais-je, avant de le rencontrer? Mes souvenirs sont floues. J'ai du mal, c'était si…Insignifiant. Une fille comme les autres, habitant un village comme les autres. Si j'ai oublié la majeure partie de mon ancienne vie, jamais je n'oublierais les circonstances de notre rencontre. Cette même rencontre qui scella mon destin, me faisant passer du statut de petite paysanne à celui de princesse vampire, si l'on peut dire. D'inconnue, je passais à spécimen rare, l'infante unique d'Alekseï nò Helheim. Toujours un à la fois. Mes prédécesseurs étaient morts, je ne m'y étais jamais intéressée. Moi, je vivais…Je vivais et profitais de sa grandeur, de son pouvoir. Puissante, je l'étais. Je le suis toujours…
Si j'avais su, ce soir-là, que je croiserais le chemin du Diable et me laisserais entraîner dans sa danse macabre…

Acte I;
Le sourire de Lucifer.

Mes mains serraient le tissu de ma jupe, le soulevant pour ne pas trébucher. Je courais dans la nuit, dans la neige. J'ai froid. Des larmes glacées roulent le long de mes joues. Elles me font mal. J'ai oublié pourquoi j'ai si mal. Derrière moi, le feu ravage quelque chose. Il y a des cris, des hurlements de terreurs, des cris de guerre. Et je cours, je cours, pour échapper au fantôme de la nuit, aux démons ennemis venus nous massacrer. Je cours, je cours. Le vent frais me pique les yeux, grave mes larmes sur ma peau pour toujours. Je ne vois pas la racine de l'arbre. Je trébuche, je tombe, je me fais mal. Dans mon genoux s'est enfoncé la pointe d'une grosse pierre. Je n'en peux plus, je sanglote. Des bottes crissent dans la neige. Elles s'approchent de moi. Qui est-ce? Je lève la tête, je ne vois pas le visage, mais je sais que c'est un homme. Il est grand, il est armé, et il est habillé bizarrement. Il porte une chemise blanche à jabot très fine, de hautes bottes noirs et un pantalon noir moulant. Ici, dans le nord, personne ne s'habille comme ça. Qui est-il donc?

Il tend une main vers moi. J'ai peur, je n'ose pas bouger. Sa main non plus ne bouge pas. Elle ne tremble pas, ni sous le froid, ni sous le vent. Moi, je n'arrête pas. Je suis frigorifiée, je suis fatiguée. J'ai envie de fermer les yeux et de mourir. J'ai envie de rejoindre le feu et d'y brûler. Mais le feu, je l'ai fuis. Il doit y avoir une raison. J'ignore laquelle. L'homme pose un genoux à terre. Son index glisse sur ma peau. Son doigt est froid, si froid! Je savais que sa tenue n'était pas bonne. Il gèlera bientôt, lui aussi. Il me relève la tête, je le regarde dans les yeux. Je ne comprends pas sa langue, mais elle est belle. Cela semble le contrarier. Il plonge alors ses yeux dans les miens, plus profondément. Une lueur brille dans ses iris. Une lueur de danger. Mais je n'ai pas le temps de résister. Je ne veux plus résister. Mon corps ne sent plus le froid. Plus rien n'existe autour de moi, sauf lui. Et sa voix raisonne dans ma tête. Dans ma langue, cette fois. Quelle est cette magie?

« Prend ma main et suis moi. La neige ne sera pas ton tombeau, ni pour ce soir, ni pour le restant de l'éternité. Ton sang est trop beau pour être gâché… »

Sa voix, si belle mélodie. Comme une musique, elle m'enchante. Je n'ai pas envie de lui résister. Je n'ai pas envie de lui dire non. Alors, ma main se pose sur la sienne. Ses doigts se referment sur les miens. Il se relève, et m'aide à me relever. Je suis surprise lorsqu'il me prend contre lui et me soulève, comme une jeune mariée. Je semble ne rien peser pour lui. Il est fort, si fort…Il me sourit, et me murmure des mots. Des mots dans cette langue mélodieuse, que je ne comprends pas. Ces mots m'apaisent, je ferme les yeux et m'endors contre lui. Contre son corps glacé, dans son étreinte. Je me sens bien, à présent. Je suis en sécurité, il ne m'arrivera rien…


Acte II;
Le pacte des damnés.


Mes yeux s'ouvrent dans un endroit que je n'ai jamais vu. D'abord un œil, puis l'autre. Difficilement, les deux à la fois. C'est une chambre plus grande que ma propre maison. Je suis couchée sur un grand lit à colonne avec des draps d'une matière inconnue, très douce. Ma robe bleue est posée sur une chaise. Je ne porte que des sous-vêtements. Mon corps est caché par le tissu et repose sur ce matelas moelleux. Toute la pièce est en bleue. Les murs sont peint en bleu nuit. Les tableaux au mur représentent la mer et de nombreuses créatures merveilleuses. Je vois une sirène, et une autre. Je vois le dieu de la mer, la déesse des eaux profondes, des poissons colorés aux couleurs chantantes…

La porte s'ouvre, dans un léger grincement. Un homme entre. Je le reconnais à ses vêtements, c'est celui de la forêt. Celui qui m'a aidée, dont le regard me trouble tant. Je m'assois sur le lit, le drap en soie glisse le long de mes courbes. Par pudeur, je le remonte. Il s'approche de moi, me souris à nouveau. Il pose sa main sur mon poignet et m'empêche de me cacher. Je lève les yeux vers lui.

« La beauté ne doit pas être une honte. »
« Qui êtes-vous…? » parvins-je à demander. Je ne me sens pas menacée, au contraire. Et je comprends ses mots. Ils sortent de sa bouche dans sa langue mélodieuse, mais mon cerveau les interprète sans problèmes.
« Tout dépend de toi. Je peux être ton cauchemar comme ton plus beau rêve. Je peux être ta vie comme je peux être ta mort. Tu es la seule à pouvoir décider ce que je serais pour toi, ma douce. Mais décide le bien. »
« Pourquoi m'avoir aidée alors que nous ne nous connaissons pas? »
« Parce que ton visage est celui d'un être aimé, parce que ton sang est pur, et parce que je te veux. »

Je ne comprends pas bien ce qu'il me dit. C'est étrange, c'est abstrait. Il m'a sauvée, je lui dois quelque chose. Que pouvais-je offrir? Une femme ne peut rien offrir, hormis son plus intime trésor.

« Vous m'avez sauvée. Mon innocence vous revient. Vous auriez pu la prendre sans demander… » Un autre homme l'aurait fais, je n'en doutais pas. Les hommes sont des barbares…
« D'où je viens, prendre un tel honneur sans le demander est un outrage impardonnable pour un gentilhomme. »
« Un gentil…Je ne comprends pas ce mot. »
« Je viens de France, ma douce. »
« Et où est-ce? »
« Nous nous y rendrons bientôt, si tu le veux. Mais avant cela, j'ai un présent à t'offrir. Désires-tu l'éternité? »
« Seuls les dieux ont droit à l'éternité. »
« Pas uniquement. Une éternité où ta vie changera. Où tu seras belle pour toujours, où tu seras l'une des princesse d'un monde dont tu ignorais l'existence jusqu'ici. Où personne n'osera lever la main sur toi, car mon sang coulera dans tes veines et les remplira de puissance. Le veux-tu…? »
« Je ne sais pas, je ne comprends pas, je ne… »
« N'ai pas peur, nous ne sommes pas pressés…»

xxx

Il me sourit. Plus tard, je saurais qu'il ne souriait qu'à moi. Ce sourire, si particulier, je l'aimais. Ce soir là, il a déposé un baiser sur ma joue. Le soir suivant, ce fut sur mes lèvres. Il m'offrit des cadeaux. De jolies robes et surtout, un collier avec une belle émeraude bleue incrustée dans le pendentif. J'aimais ce collier plus que tout. Et je commençais à l'aimer, lui aussi. Il venait tous les soirs me parler, prendre de mes nouvelles. J'ignorais pourquoi le soir alors un jour, je lui ai demandé et il m'a répondu.

« Je suis ce qu'on appelle un vampire. J'ignore s'il y a un équivalent pour toi…Je dors le jour, le soleil est mon ennemi. La nuit m'anime, la lune est ma protectrice. J'ai gagné l'immortalité au prix du sang, ainsi que de nombreux pouvoirs…»
« Vous venez du Helheim? »
« En quelque sorte…Mais ne t'en fais pas, je ne te ferais pas de mal. J'aimerais juste t'offrir ce cadeau, faire de toi une personne exceptionnelle aux yeux de tous. »
« Ce sont des démons du Helheim qui ont pillé mon village…»
« Non, c'était des hommes. Juste des hommes…Sache que ta race est destructrice par nature. Aucun démon ne les possédait, il n'y avait aucun vampire parmi eux. Ils étaient humains. De terribles humains…»
« Alors, les démons ne sont pas toujours ceux que l'on croit? »

Il me sourit, je sens un frisson me parcourir tout le corps. Sa main caresse ma joue, un soupir s'échappe de mes lèvres. Je ferme les yeux, et il m'embrasse. Je n'avais jamais été embrassée par un homme. C'était intense. Ses lèvres caressent les miennes tandis que mon corps se laisse aller sur le lit. Sa main remonte le long de ma cuisse. Sa bouche descend le long de ma mâchoire et s'arrête dans mon cou.

« Je vais te faire profiter des derniers instants de ta vie d'humaine comme jamais…Et ensuite tu deviendras celle que tu mérites d'être, ma douce. » souffle-t-il à mon oreille. J'ai un peu peur, mais je ne dis rien. Je lui fais confiance. Je sais que j'ai raison d'avoir confiance en lui. Du moins, je l'espère. Je sens la pointe de ses dents sur ma gorge. Puis elles entrent en moi. D'abord j'ai mal, mais très vite, c'est oublié. La douleur devient du plaisir. Je gémis et ferme les yeux. Je me laisse emporter dans les limbes…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim   Lun 5 Avr - 18:11

Ces scènes, lorsque je m'en rappelle, j'ai l'impression qu'elles sont l'équivalent de rêves. Elles me semblent irréelles et j'ai oublié ce qui les précèdent. De mon véritable passé, seuls ces deux souvenirs dominent. Le reste n'a pas d'importance…Le mieux est d'avancer de quelques siècles après ma transformation, cette nuit-là. Alekseï m'emmena en France, où siégeait actuellement le Conseil des Vampires. Il m'apprit qu'il avait changé de noms, raison pour laquelle son prénom sonnait si peu « frenchie ». Il me présenta à tous comme son infante et le premier siècle fut le plus pénible. On me respectait, j'étais de son sang, mais certains n'hésitaient pas à me chercher. Mes pouvoirs n'avaient pas encore atteint leur apogée, aussi me pris-je bon nombre de raclées monumentales. Ce siècle passé, les rôles s'inversèrent car j'avais gagné le statut de « maitre vampire ». C'était presque une obligation, vu ma prestigieuse lignée. Le respect devint véritable et on me traita comme l'équivalent d'une princesse vampire. La lignée Helheim est très réduite, je suis la seule descendante directe d'Alek encore en vie. Les autres éventuels sont les infants des infants de ses précédents infants. Il n'aimait pas disperser son pouvoir aux quatre vents, comme a tendance à le faire certains autres. J'ai toujours trouvé que sa décision était d'une grande sagesse.

Après tous ces siècles, on peut se vanter d'avoir beaucoup d'ennemis et très peu d'amis. Moi plus que d'autres, car je suis une peste invétérée. Je tape sur le système de la plupart de mes paires, je suis insolente, je n'aime pas qu'on me donne des ordres ou qu'on me prenne de haut. La seule personne au dessus de moi, c'est Alek et nul autres. Certains ont du mal à le comprendre…J'ai pris confiance en moi, énormément. Je sais ce que je vaux et je sais que je vaux mieux que beaucoup de vampires. Je n'ai pas mon ego dans ma poche, tout comme ma langue. Je ne partage pas forcément le goût de la dépravation sexuelle. Au cours de tous ces siècles, ce peut-être étrange à dire, mais je n'ai eu de rapports qu'avec mon maître et…Faillis des tonnes de fois avec un autre garçon. Un vampire un peu plus jeune que moi, d'une lignée différente. Il appartient à la descendance Svartalheim . Une des plus grosse lignée. Je crois que lui même a eu au moins un infant alors qu'il est plus jeune que moi. Il est l'un des rares à pouvoir me supporter et à être parvenu à me séduire…Le second en toute une existence.


Acte III;
Danse avec le Diable.

Je me regarde dans le miroir. Il me renvoie le même reflet que six siècles auparavant. Mais je me trouve plus belle…Mes cheveux sont roux. Parfois, j'ai l'impression qu'ils tirent vers le blond. Mes yeux sont d'un vert émeraude profond. Lorsque la colère emplit mon être, ils deviennent rouge. Ce n'est pas le cas ce soir. Je porte une robe noire serrée à la taille si fort que ma poitrine semble vouloir s'en échapper. Ma poitrine n'est pas énorme. Comparée à certaines, je la trouve même un peu petite. Mais elle est mignonne et plait à ceux à qui je veux plaire. Pour moi, c'est ce qui importe. Ma robe s'élargit à la taille, se décorant de dentelles sangoires jusqu'au sol. Ma taille moyenne tend vers le grand grâce aux talons que je porte, eux aussi d'une couleur sangoire. J'inspire et regarde mon reflet. J'expire et me demande si je ne devrais pas attacher mes cheveux bouclés…Peut-être pratiquer deux petites tresses avec les mèches de devant et les attacher ensuite à l'arrière? Oui. C'est ce que je fis, laissant ainsi la cascade rousse s'étendre sur ma peau laiteuse, aussi blanche que la lune.

Il n'y eu aucun bruit mais je sentis sa présence dans mon dos. Je me retournais. Raphaël me prit dans ses bras et me fis tourner. Lorsque mes pieds touchèrent à nouveau le sol, je secouais la tête.

« Gamin. »
Il me tira la langue. « Et fier. »
« Tu es en avance… »
« Je sais, j'ai pensé qu'on pourrait peut-être un peu joué avant de…Descendre. »
« Jouer? Oh…Euh…»

J'étais très attirée par Raphaël, là n'était pas la question. Mais j'avais un étrange blocage qui m'empêchait de lui céder si facilement. J'allais lui répondre lorsque quelqu'un frappa à la porte. Sauvée par le gong, j'invitais froidement l'humaine à entrer. Elle me remit un pli sur parchemin que je lus avec attention. Je fis mine d'être embêtée mais ce n'était pas le cas du tout.

« Oh, je dois y aller je suis désolée, une urgence. »
« Ça devient une habitude. » répondit-il, perdant soudain son sourire.
« Je suis désolée mais mon maître…»
« Non. Pas cette fois…Offre moi d'abord au moins une danse puis je te libèrerais. »
« Raphaël je… »
« Juste une danse. »

La valse montant de la fête en bas me parvins alors. Je n'y avais pas pris garde jusque la. Il me prit et me fit danser dans ma chambre. Nous tournoyons gracieusement pendant de longues minutes. Je n'ignorais pas ses canines à demi-sortie ni la chaleur du désir que je sentais derrière sa peau glacée. Il me touchait, et cette même envie me prenait. Je déglutis et murmurais: « Je dois y aller. » Un grognement sourd monta de sa gorge et il me lâcha soudain. « A force de trop attiser la flamme, elle finira par s'éteindre. » Et il s'en alla aussi vite qu'il était apparut. Je soupirais et me changeais. J'aurais besoin d'une tenue plus confortable pour la mission que je m'apprêtais à accomplir. Troquant la robe contre un pantalon en toile noir, de hautes bottes noires et une chemise noire, j'accrochais ma ceinture d'arme et m'emmitouflais sous une capuche. J'en profiterais pour me nourrir.

xxx

Le Conseil des Vampires a quelques assassins, mais je compte parmi les meilleurs. Un vampire, à paris, ne cessait d'enfreindre les lois du Conseil et les Sept avaient jugé que s'en était assez. Ainsi, mon maître m'avait communiqué le nom de l'homme et l'endroit où je le trouverais. Je l'attendis patiemment à la sortie du bordel qu'il fréquentait. Je trouvais misérable de mordre une prostituée mais tout le monde n'a pas la chance d'avoir des esclaves de sang docile, je suppose. Tout s'était compliqué lorsqu'il avait mordue et ensorcelée une dame importante à la Cour. Il était son amant nocturne, on le soupçonnait mais on ne parvenait pas à mettre la main dessus. Des rumeurs de démons circulaient dans la ville et s'en était trop. Rester cacher est la clé de notre survie. S'il ne le comprenait pas, il allait mourir.

Je sentis une vie s'éteindre à l'intérieur. Il s'en alla par la fenêtre et je le suivis jusque dans une ruelle. Je dissimulais habilement mon pouvoir, si bien qu'il ne comprit pas tout de suite qui j'étais.

« On ne suit pas les gentilshommes. »
« Non, mais on traque les dangers pour la race. »

Je sortis mon épée. Sa lame était en argent, fabriquée spécialement pour les assassins vampires. J'approchais de lui, son orgueil lui interdit de s'enfuir. Il esquiva mon premier coup, voulu dégainer mais je tranchais sa ceinture d'arme qui tomba au sol. Le feintais, puis le touchais à la poitrine. Du mauvais côté. Je visais le cœur. Il me donna un puissant coup dans le ventre. Je me pliais, il me frappa dans le nez. L'os craqua. Je me relevais, lui donnais un coup de pied qui le fis tomber. Il se releva mais était à présent coincé contre le mur. Un sourire mauvais éclaira mon visage.

« Il est inutile de se défendre contre la Mort. »
« Mais la Mort peut-elle mourir? »

Je l'avais à ma merci, j'allais frappé. Je l'avais sous-estimé, je n'avais pas cru qu'il serait capable de me planter un poignard dans le cœur. La surprise me fit lâcher mon arme et reculer. Je regardais le manche dépasser de ma poitrine…La suite fut assez floue. Mais quelqu'un arriva, je vis la tête de mon ennemi voler, son corps être mit en miette puis un visage familier venir vers moi. Il m'arracha le poignard et se coupa le poignet pour me donner du sang. Je détournais la tête, refusant cette pitié. Ça allait guérir tout seul! Mais non, je ne m'étais pas encore nourrie…Je comptais mordre ma victime. Il insista. Par nécessité, j'en pris quelques gouttes. La plaie se referma et je repris des forces.

« De quoi te mêles-tu donc?! »
« Je te sauve la vie! »
« Fort bien, mais la situation ne l'exigeait point. »
« Au contraire. Cet homme allait te tuer, ce me semble. »
« Il te semble fort mal! »
« Tu devrais me remercier. »
« Parce que tu viens de m'humilier? Jamais! Ma proie, mon travail, mon devoir. Tu n'as pas à me suivre, je n'ai pas besoin d'ange gardien. Je suis l'exécutrice du Conseil, toi non. Hors de ma vue Raphaël! »

Nul doute, il était vexé. J'étais en colère, très en colère. Sentiment attisé par mon orgueil blessé. Je savais d'avance que jamais je ne m'excuserais. Mais si j'avais su…


Acte IV;
Les conséquences de la non-vie.


En secret, Raphaël préparait sa vengeance qui fut terrible. Il obtint du Conseil d'être envoyé ailleurs et partis pour l'Angleterre. C'était il y a deux siècles environs, à peu de choses près. Je perds la notion du temps, j'ai l'impression que c'était hier…Nous ne nous sommes plus revus. Pas une lettre, pas une signe, rien. Au fil du temps, je l'enterrais dans un coin de ma mémoire et l'oubliais. Personne ne fut jamais au courant de mon petit dérapage, ainsi, ma réputation était sauve. A la révolution française, le Conseil déménagea en Italie. Il n'en bougea pas durant les deux guerres mondiales, bien qu'une partie des vampires de la « suite » partirent pour les Etats-Unis. Moi, je demeurais aux côtés de mon maître jusqu'à ce qu'une drôle d'histoire remonte jusqu'à nous.

C'était il y a quelques mois, nous apprîmes d'un des membres du Conseil que Londres subissait des attaques de loups-garous renégats, que la meute et les vampires de la ville s'étaient alliés pour lutter. Du jamais vu. Le Conseil avait l'œil sur Asher Lee Blackstone, et cette histoire m'intéressait. D'autant plus lorsque j'appris que Raphaël était le second du maître! Je sautais au plafond –pas forcément de joie- et m'arrangeais pour être envoyée là-bas. Ce fut assez rapidement fait. Convaincre les membres du Conseil était du gâteau et j'avais envie de m'amuser un peu. Alors, je partis dans ce pays que je n'avais encore jamais vu. Etrange non, pour une si longue vie? Je connaissais toute l'Europe, mais je n'avais pas mis un pied en Angleterre…
Je me demande quelle tête a fais Blackstone quand on lui a annoncé mon arrivée…
Je vais vite le savoir!
Revenir en haut Aller en bas
Asher L. Blackstone
VAMPIRE MASTER
I'M NOT A HERO
avatar

Messages : 1255
Date d'inscription : 25/12/2009

« Je te vois »
▌Rang: Maître Vampire de Londres -et de Shadly Hollow. Au moindre problème, laissez un message après le « Pitié ne me tuez pas ! »
▌Pouvoir spécial: Retour de pouvoir, je peux blesser à distance en retournant le pouvoir de quelqu'un contre lui.
▌Relationship's:
MessageSujet: Re: DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim   Lun 5 Avr - 18:37

    Bienvenue What a Face

    Alors, mise à part ce petit détail :

    « Je n'ignorais pas ses canines à demi-sorties » Les canines des vampires ne sont pas rétractables...ce serait bien, mais ce n'est pas le cas XD

    Je pense que tu corrigera ça très vite Very Happy Aller zou, validée ! On discutera de mon bras droit sur msn je suppose Pervers



    SO MANY TIMES I THINK I'M A GENIUS. - gif (c) shiya
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim   Lun 5 Avr - 19:07

    Merci grand chef!
    Quand je dis « a demi-sorties » je veux dire « à demi-visibles » ! Pour moi c'était clair, m'enfin 'javoue c'est pas toujorus clair pour tout le monde quand j'parle Oo

    Chouette, je vais pouvoir rp!!!
Revenir en haut Aller en bas
Asher L. Blackstone
VAMPIRE MASTER
I'M NOT A HERO
avatar

Messages : 1255
Date d'inscription : 25/12/2009

« Je te vois »
▌Rang: Maître Vampire de Londres -et de Shadly Hollow. Au moindre problème, laissez un message après le « Pitié ne me tuez pas ! »
▌Pouvoir spécial: Retour de pouvoir, je peux blesser à distance en retournant le pouvoir de quelqu'un contre lui.
▌Relationship's:
MessageSujet: Re: DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim   Lun 5 Avr - 19:29

    Normal, t'as l'esprit tordu niarf *OUT*

    Owi (a')



    SO MANY TIMES I THINK I'M A GENIUS. - gif (c) shiya
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Castiel E. Marshall
Vampire
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 03/04/2010

« Je te vois »
▌Rang: Vampire noble
▌Pouvoir spécial: Maître dans l'art de la fabrication de potions en tout genre (a)
▌Relationship's:
MessageSujet: Re: DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim   Lun 5 Avr - 20:42


    Huhu, coucou toi slurp

    c'est constructif hein (aa)
    *trop crevée pour réfléchir -->*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim   Lun 5 Avr - 21:13

    Asher, je t'em* Very Happy
    J'vais te coller un rapport -o-
    *OUT*

    Castiel rho que tu es mignon *w* J'veux l'même!
    Merci slurp slurp slurp
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim   Lun 5 Avr - 21:19

    Diable ! Je n'ai pas encore lu ta fiche mais... bienvenue niarf
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim   Lun 5 Avr - 21:25

    Oh, le célèbre Rowan! *O*
    Je veux un lien I love you

    Merci beaucoup! slurp
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim   Lun 5 Avr - 21:31

    Vos désirs font désordre mademoiselle =DD

    mais je m'en vais tout de même vous accorder l'un d'entre eux niarf
Revenir en haut Aller en bas
Castiel E. Marshall
Vampire
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 03/04/2010

« Je te vois »
▌Rang: Vampire noble
▌Pouvoir spécial: Maître dans l'art de la fabrication de potions en tout genre (a)
▌Relationship's:
MessageSujet: Re: DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim   Lun 5 Avr - 21:38

Hayley nò Helheim a écrit:
    Castiel rho que tu es mignon *w* J'veux l'même!
    Merci slurp slurp slurp

    Je suis unique donc... Rolling Eyes
    Tu es toute mignonne aussi d'ailleurs (a)

    Mais de rien slurp slurp slurp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim   Lun 5 Avr - 22:43

    Que de beaux garçons avec qui se disputeeeeeer! *O*
    *OUT*

    Merci vous deux! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim   

Revenir en haut Aller en bas
 
DEAD AND GONE - « quand le sourire du diable corrompt les âmes. » by Hayley nò Helheim
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Quand la Française dort, le diable la berce"
» Jeanne d'Artois - La femme est le chef d'oeuvre de Dieu, surtout quand elle a le diable au corps
» Jeanne d'Artois - La femme est le chef d'oeuvre de Dieu, surtout quand elle a le diable au corps
» Soeur Sourire
» Quand le soleil illumine ton visage et que tu ressembles à une ange tombée du ciel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shadly Hollow :: 
L'Antre ••
 :: « I know you by your soul » :: » Sorry, not this time !
-
Sauter vers: