Shadly Hollow
Bonjour à tous. <br><br>Le forum ayant subit un coup des plus dur suite au départ de nombreux membres –disposant entre autre de postes importants, Shadly Hollow refait peau neuve. Nous comptons repartir de zéro, en modifiant un peu le contexte pour le rendre plus actuel. L’opération prendra un peu de temps, mais si vous souhaitez continuer l’aventure en notre compagnie, envoyez un mail à l’adresse suivante : toxiic-sicilian@hotmail.fr En précisant votre pseudo dans l’invitation. Il est fort probable que vous ayez à mettre à jour votre personnage, tout comme nous mettrons les nôtre à jour, mais ce n’est pas une certitude. <br><br>A bientôt sur Shadly Hollow =)<br>Asher & Natasia.



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Dim 21 Fév - 22:33

Lorlyne Alize Delaunay


Entends-tu les pas de celui qui vient te prendre à terre te jeter, en toi s'épandre.
Ses paroles douces et chaudes à l'instar de ces mains.
Glissent sur tes hanches, subliment tes reins. Son regard perce, le soir, les miroirs de ton âme.
Tes plus honteuses pensées, tes désirs, ta flamme.
Sa langue, choquante, ne peut point décevoir. Rafraîchissant ta peau, la pointe de tes seins.
Androgyne sexuel aimerait, une fois au moins, entrer dans ce corps.... qui peut recevoir une pléthore de caresses, aussi brûlantes, que glacées.
Le goût du miel, a celui du sang mélangé.
Ses yeux prennent soudain, l'expression d'une catin jamais rassasiée, dévorée par la faim.
Déposes dans tes fines mains le pouvoir phallique.
Les gestes se font divins, les regards diaboliques.
Brutalités et onctions, à outrance, mêlés, autant d'invitations à un viol partagé.
Exhibitionniste et voyeur à la fois, avant de caresser par tes formes excité.
D'une raideur caudale fait léviter ces draps qui se jouent des cambrures, aimant ton corps déguiser, délice, le gourmand orifice.
Ce jardin mystique, où il aime à s'enliser; il glisse sur le chemin de tes cuisses puis pose ses lèvres sur les tiennes... trempées.
Sent tes cuisses, autour de sa nuque tressaillir.
Voluptés occultes, offrandes outrageuses, hurlement implicites entre effroi et plaisir.
Dominer, se soumettre dans une scène scandaleuse.
Le remugle utérin devient alors le plus doux des parfums. Bien plus froid que la mort.
Ce mal en toi, n'est pas là pour saillir, obscène, veut palper ton esprit, tes plaisirs.
Puis sentir d'une exquis spasme vaginal, le funeste sentiment d'une jouissance fatale....

Eths – Entends-tu les pas?


Spoiler:
 


Dernière édition par Lorlyne A. Delaunay le Dim 21 Fév - 22:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Dim 21 Fév - 22:35




    A ma naissance, ma mère tenait déjà à ce que je sorte du lot. Elle m'a, pour cela, gratifiée d'un nom fort peu commun pour l'époque et m'a appelée non pas Marie, non pas Catherine ni Anne, mais bien Lorlyne Alize Delaunay. Delaunay étant le nom de mon père, issu d'une noble famille française de comte. Je suis née…Voyons. Je ne me souviens plus du jour exacte, mais il me semble que c'était en décembre. En tout cas, c'était en 1616, sous le règne de sa majesté Louis XIII. Aujourd'hui, j'ai 394 ans. Ça ne me rajeunit pas…Malgré tout, j'ai gardé l'apparence que j'avais lors de ma transformation. Ainsi, malgré mon grand âge, j'ai l'air d'avoir à peine une vingtaine d'année. Vous l'aurez compris, je ne suis plus humaine depuis longtemps. Un vampire m'a transformée. Un homme que je n'ai plus jamais quitté, répondant au doux nom de Rowan. Il est issu d'une lignée noble et, comme je suis « sa descendance directe » on peut dire que je le suis moi-même!
    © CREDIT ─ BANNANA-HAMOCK



      Avouons l'inavouable. La vie n'est pas drôle, elle est loin d'être une partie de plaisir. Que ce soit du petit roturier au grand roi, aucun n'enviera jamais la place de l'autre. Qui veut baigner dans les soucis? Qui veut se tuer à la tâche pour récolter les fruits d'un champs, histoire de pouvoir nourrir sa famille? Pire: Qui voudrait être roi? Subir les pressions, les responsabilités, les intrigues politiques et amoureuses? En apparence, tout peut-être beau, musique, fête, nourriture, tissu de luxe et belles histoires. Mais avez-vous regardé ne fus-ce qu'une fois de l'autre côté du miroir? Là où les choses se déroulent vraiment? Oseriez-vous mettre un pied dans ces intrigues politiques sans queue ni tête, dans ces amourettes interdites? Dans un monde où aucune femme n'a le droit d'aimer qui bon lui semble au risque d'être qualifiée de catin? Et bien dans ce monde, moi, Lorlyne Alize Delaunay, me suis retrouvée courtisane. Pas une vulgaire prostituée, mais une vraie courtisane, l'objet de la passion des plus puissants de ce monde. Comment une fille de noble famille, promise à un mariage superbe, peut-elle se retrouver ainsi offerte? L'histoire n'est pas spécialement drôle, et risque d'en dégoûter certain. Si vous ne supportez pas le sexe, le sang, la souffrance, si vous ne partagez pas mon goût pour les intrigues, pour le sadisme et surtout pour la beauté funeste des flammes, alors je vous conseillerais de ne pas lire ce qui va suivre…
      A vos risques et périls.


Dernière édition par Lorlyne A. Delaunay le Dim 21 Fév - 22:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Dim 21 Fév - 22:38

1. « Du plus profond désir naissent souvent les haines les plus mortelles. » Socrate


A nouveau, ce soir là, il s'était glissé dans ma chambre. Discret, sans un bruit, la porte s'était ouverte. Il en avait la clé. Un léger grincement se fit entendre. Ses pieds nus ne produisaient aucun son sur le tapis molletonné. Les yeux fermés, tenant la couverture autour de mon corps, je fis semblant de dormir. Je le sentis se glisser dans mon lit, déposer un baiser sur la joue.

    « Je sais que tu ne dors pas, Laure. » me chuchota-t-il doucement en glissant sa main contre ma cuisse. J'ouvris les yeux et je vis son sourire flotter sur ses lèvres. Ce n'était pas le sourire d'un grand frère pour sa petite sœur. C'était le sourire d'un prédateur pour se proie.

Il remonta le long de ma jambe et fit descendre ma culotte. Je serrais les cuisses mais il me retourna sur le dos et me plaqua une main contre la bouche. Il m'ordonna de me taire, et je me tus. Pas même un gémissement, une faible protestation. Cela durait depuis trop longtemps pour encore espérer protester. Mal. Oui, c'était mal. Voilà ce que ma mère dirait, fervente catholique. Un frère ne doit jamais aimer sa sœur. Je n'étais plus vierge depuis mes quatorze ans, à cause de ce garçon incapable de retenir ses basses pulsions. Alors, à force, j'appris à écarter les cuisses, à fermer les yeux, et à imaginer autre chose pendant que mon corps s'abandonnait aux affres du plaisir. Mon âme n'aimait pas cela, je n'avais aucun désir envers mon frère, aussi beau garçon soit-il. Il ne me plaisait pas. Ses mains s'enfonçant entre mes cuisses ne me plaisaient pas, par leur brutalité. Il m'avait souvent fais mal, et je n'avais jamais rien dis. Quel que soit l'endroit où il me prenait, même lorsque le sang se mettait à ruisseler, ma chair à me tirailler, je n'avais jamais rien dis. Et sans doute est-ce cela qui me perdit. En quelque sorte. Car ce soir là, alors qu'il entrait son membre durcit en moi, mon père entra dans ma chambre.

    « Philippe! Qu'est ce que…Pourquoi est-ce que…Oh seigneur tout puissant! »

On aurait pu penser qu'un père digne de ce nom aurait punis son fils, sauvé sa fille. Mais Philippe était son fils aîné et son unique garçon. Ma mère était enceinte, mais elle avait déjà perdu deux bébés depuis ma naissance et je doutais qu'elle puisse conserver celui-ci. Mon frère sortit de mon lit et remit ses chausses comme si de rien n'était. Mon père me regarda, puis regarda son aîné et un éclair passa dans son regard. Il s'approcha de mon lit et me prit les cheveux, violemment. Il les tira tandis que sa main s'abattait sur ma joue, douloureusement.

    « Catin! Sorcière! Tu pervertis mon aîné, engeance du démon! Si tu veux jouer à la courtisane, alors sers au moins ta famille, perverse! »

Il me roua de coups, jusqu'à ce que je m'évanouisse. Le lendemain, ma nourrice soignait mes blessures sans un mot, sans un regard. Elle murmura une prière, comme pour me purifier alors que je n'étais qu'une victime. Je pense que, s'il l'avait pu, mon père m'aurait vendu. Peut-être restait-il encore une once d'amour, que sais-je. En tout cas, personne ne su jamais ce que mon frère avait fais. Il m'envoya au palais, d'abord en tant que dame de compagnie. Puis plusieurs nobles me remarquèrent et je m'offrais à eux de bonne grâce, honorant, si je puis dire, le nom de ma famille. En réalité, je mettais tout en œuvre pour le salir. M'éloigner de chez moi, de mes amis, de ma vie, alors que mon frère était le seul à avoir un problème? Lui, on l'envoya chez les Mousquetaires, pas moins! Moi, une dame noble me prenait sous son aile. Une amante du roi. Elle m'envoyait glaner des informations dans les lits. Les hommes semblaient plus enclin à se confier, à libérer leur cœur, du poids de leurs sombres secrets sur l'oreiller plutôt que dans les mains d'un bourreau.


2. « Qu'est-ce d'autre que la vie des mortels qu'une vaste comédie, dans laquelle diverses acteurs travestis de divers costumes et masques, déambulent jouant chacun leur rôle jusqu'à se que le grand ordonnateur les chasses de le scène. » Erasme


Les musiciens jouaient dans un coin de la grande salle du palais. Au centre de la piste, bon nombres de personnes dansaient entre elles. Je me tenais à côté de ma bienfaitrice, me rappelant les paroles qu'elles avaient prononcées le matin même: « Ma chère Laure, ce soir, ton objectif devra être le seul maître de tes pensées. Tu ne dois pas échouer, le roi a besoin de savoir si cet espagnol est fiable. Fais cela pour le royaume, mon enfant. N'oublie pas, il est le seul à qui tu devras accorder tes charmes ce soir…»
J'ignorais à quoi ressemblait cet ambassadeur espagnol, mais je comprenais sa Majesté, désireuse de réponses. Il venait parler au nom de son pays et semblait avoir des affinités avec la reine Anne. Comme s'ils préparaient une quelconque…Ah que sais-je! Parfois, les évènements me dépassaient et je me contentais d'obéir sans poser de questions. Je savais écouter, je savais enjoliver les plus ardentes passions, je pouvais faire cela. L'espagnol tourna la tête vers moi, et me sourit. Je lui répondis timidement, jouant mon rôle. J'avais attiré sa curiosité. Il vint m'inviter et nous dansâmes ensemble. Il m'offrit à boire puis nous discutâmes un peu à l'écart. Je fis semblant de rire à l'une de ses plaisanteries quand un autre homme attira mon regard.

Qu'il était beau, ciel! Son visage m'était familier. Sans doute l'avais-je déjà croisé, mais jamais nous ne nous étions parlés. Il était absolument magnifique et dégageais un charme…Magnétique. Je faillis presque abandonner l'ambassadeur, mon devoir, tout, pour aller le rejoindre et danser avec lui. Peut-être d'avantage…Je bus une nouvelle gorgée et l'alcool fort me brûla la gorge, me ramenant à la raison. Cet homme était peut-être beau, mais j'avais d'autres chats à fouetter! Puis, si son visage ne m'étais pas plus familier que cela, il ne devait pas être bien riche ni bien important. Je ne devais m'acoquiner qu'avec les puissants, uniquement avec eux. Ceux grâce à qui je servirais les intérêts de ma maîtresse, de mon roi, du royaume. Il vint m'inviter à danser, je le rembarrais presque méchamment.

    « Monsieur, sans doute voyez-vous fort mal ou que sais-je, mais je suis en compagnie de monseigneur l'ambassadeur d'Espagne. Pensez-vous réellement que je l'abandonnerais ainsi, aux mains de toutes ces autres harpies intéressées? Ah! Allez donc ailleurs, je suis sure que vous en trouverez d'autres, déçues, vulnérables et à votre goût. »

L'ambassadeur n'avait pas compris les détails, mais quand même assez pour rire. La soirée se poursuivit et je ne revis plus l'autre garçon. J'avais un léger, très léger remord, à l'avoir ainsi traité. Mais il passa vite. Je finis dans le lit de cet homme qui, quoi que pas très doué, était quand même attentionné. Je tirais de lui quelques informations intéressantes que je notais correctement dans un coin de mon esprit avant de m'endormir.

_______________

Plongée dans un rêve assez floue, je me réveillais en sentant une main se poser sur ma bouche, violemment. J'écarquillais les yeux, incapable de discerner mon assaillant dans le noir. Je voulus me débattre, ce qui réveilla l'ambassadeur. L'homme tourna les yeux vers lui et attrapa son regard. Je vis les yeux de l'agresseur briller, comme ceux d'un démon, et je voulus hurler. Impossible, sa main appuyait sur ma bouche avec une poigne de fer. Gentiment, l'ambassadeur se recoucha malgré mes gémissements et les coups de pied que je donnais. Je reçus un coup et je m'évanouis.

A mon réveil, je savais que je n'étais plus au palais. J'étais dans un lit bien différent, un lit digne d'un roi! Je clignais plusieurs fois des yeux. A part une simple chandelle allumée dans un coin, la pièce était plongée dans la pénombre. Je voulus me relever, m'appuyer sur mes mains, mais je ne pus pas. Je me rendis alors compte que mes mains étaient entravées. Pas par des cordes rugueuses qui allaient m'abîmer les poignets. Non. Par des cordes en velours sombre, serrée juste assez pour que je ne puisse pas m'en défaire facilement. Je ne voyais pas grand chose, mais je savais que je n'étais pas seule dans la pièce. J'en étais intimement persuadée. Je cherchais, et finis par déceler une ombre. Dés que mon regard se posa sur elle, l'ombre s'avança et je pus mieux la voir. C'était l'homme de la fête, celui que j'avais si méchamment rembarré. Si cruellement rejeté. Comment avait-il pu m'enlever, avec tous les gardes du Louvres? Avec la sécurité renforcée due à la visite de l'ambassadeur? Je n'en avais strictement aucune idée. Ce dont j'étais sure, par contre, c'est que ma survie dépendait du bon vouloir de cet homme. J'étais enfermée quelque part, bâillonnée qui plus est, et donc incapable de parler, de le raisonner, d'utiliser mes talents. Que voulait-il? Il vint près de moi. Je fis un geste pour reculer, mais, étrangement, je ne me sentais pas menacée le moins du monde. Je le laissais donc approcher. Il vint effleurer mon oreille et murmura quelque chose dans une langue que je ne connaissais pas. Un étranger? Etrange, son visage m'était pourtant familier…

Je ne comprenais pas le sens de ses mots, mais ils m'apaisèrent. Je croisais son regard brillant, et je fus comme envoûtée. Je me recouchais sagement, par réflexe dans une position langoureuse. Ses yeux s'illuminèrent, animés par le désir et je souris, sans trop savoir pourquoi. Ce soir là, en dehors du fait que j'étais attachée, il fut plutôt…Pas vraiment doux, mais disons attentionné. Parfois, il était un peu dur, un peu violent, mais il semblait veiller à toujours me procurer du plaisir dans ses gestes. Je pense avoir perdu conscience du temps, de l'espace et du reste, ce soir là. En me réveillant le lendemain, le jour pointait au dehors, à travers les rideaux rouges sombres. Ses rayons chauds caressèrent mon visage. Je me sentais un peu faible et j'avais mal au cou. Je portais la main à ce dernier, il était poisseux. Je me levais, chancelante, jusqu'à un miroir où je vis une blessure. Deux trous saillaient ma gorge et du sang séché garnissait mon épaule et mon omoplate. Je restais plusieurs longues minutes ainsi, à me regarder, sans bien comprendre. M'avait-il mordue? Mais pourquoi diable? Je vis, posé devant moi, une bassine d'eau et un lingue propre. Je me nettoyais. Je vis une robe pliée consciencieusement sur le dossier d'un fauteuil, je l'enfilais. Je vis un plateau de déjeuner, garnis de fruit, de pain, de jus et même du vin. Je mangeais pour reprendre des forces, sans me méfier une seule seconde d'un éventuel empoisonnement. Je me sentais en confiance ici, alors que j'aurais du entrer dans une panique inqualifiable. Cet homme m'avait tout de même enlevée et prise cette nuit! Prise de force? Aucune idée, j'avais eu l'impression de voler sur un beau petit nuage…

Et le temps passa, jusqu'au jour où…


Dernière édition par Lorlyne A. Delaunay le Dim 21 Fév - 22:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Dim 21 Fév - 22:42

3. « Rentre! C'est le moment où la lune réveille le vampire blafard sur sa couche vermeille. » Théophile Gautier.


Nous avions des relations chaque soir, mais je ne le connaissais que peu. Un jour, je lui demandais son nom, et il me répondit s'appeler Rowan Azraël Ablach. Trouvant ce nom très spécial, je lui demandais d'où il venait et, à chaque fois, il éludait la question avec un sourire étrange. Je n'osais pas demander pourquoi, chaque matin, je me réveillais avec de nouvelles traces de morsures. Mais finalement, un jour, je pris mon courage à deux mains et lui posais la question.

    « Voyons…Tu n'as pas compris? Je suis un vampire. »

Un vampire, rien que ça! Je ne parvenais pas à croire à cette affirmation. Il passa les heures suivantes à me démontrer que son existence était bien réelle, et je finis par le croire. Ce qui acheva de me convaincre fut…Et bien, la transformation qu'il opéra. Il me mordit, et je le sentis me vider petit à petit de mon sang. Je devins très faible, je gémis douloureusement et voulus parler, mais ma gorge était sèche. Je voulus lui demander d'arrêter, pensant qu'il allait me tuer. A nouveau, il me murmura ces paroles apaisantes et porta son poignet à ses lèvres blanches. Ses canines sortirent et il se mordit profondément la chair. Du sang coula. Il m'ouvrit la bouche et me le fit boire. Un début, je trouvais cela vraiment dégoûtant mais…Plus le sang m'abreuvait, plus j'en avais envie. Je retrouvais petit à petit force et clarté. Je m'accrochais alors à son bras, aspirant ce liquide délicieux avec avidité. Je ne voulais pas m'arrêter, mais il me força à lâcher. Je tombais sur le sol et fus prise de terribles convulsions. J'avais mal, j'avais l'impression que mon corps était en train de mourir. Que la Mort viendrait bientôt m'embrasser, m'aimer. Mais ce ne fut pas le cas…

Je perdis bientôt toute notion du temps. Au final, je retrouvais ma conscience et fus surprise de constater bon nombre de changements. Je distinguais des détails incroyable sur la moquette. J'entendais des choses qui me semblaient venir de loin. Une chouette ululait, là-bas, sur un arbre. Je sentais de nouvelles fragrances, dont de subtiles odeurs très désirable venant de mon amant que jamais je n'avais sentis auparavant. Je levais les yeux vers lui, la bouche sèche. J'avais soif. Oui, j'avais besoin d'eau.

    « Je…J'ai soif…De l'eau.»
    « Ce n'est pas d'eau, dont tu as besoin, ma tendre…»

Il m'emmena hors de chez lui et se mis à m'apprendre énormément de choses. Tout ce qui concernait l'univers des vampires, des créatures magiques, je l'apprenais de sa bouche. J'étais sans cesse surprise d'apprendre l'existence d'autres personnes, d'autres créatures, différentes. Qui aurais pu imaginer des loups-garous? De véritables sorciers? Sans compter les autres métamorphes en tous genre et Dieu…Pardon, Lucifer seul sait quoi d'autres! Oui, avec Rowan, j'apprenais des tonnes de choses. Je développais ma culture, mon savoir. Je lisais beaucoup de livres, j'écrivais également. Et nous chassions ensemble. Nous chassions en couple. C'était étrange de retrouver l'extérieur et de ne pas éprouver le besoin de me montrer, de dire aux gens que j'étais la, vivante! D'ailleurs, la rumeur de ma mort s'était répandue, via Rowan, et personne ne semblait vouloir la contester. Une maladie contagieuse…On fit passer un corps pour le mien et une autre fut enterrée dans la tombe portant mon nom. Une tombe que je visitais, parfois.

Cependant, j'avais l'impression d'avoir laissé quelque chose d'inaccomplis, dans ma vie de vivante. Je compris quoi lorsque Rowan me dit que nous allions partir ailleurs. Il ne faisait pas bon de rester trop longtemps au même endroit, les gens finiraient par s'apercevoir que nous ne vieillissons pas…


4. « Les monstres sont réels, les fantômes le sont aussi. Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois…Ils gagnent. » Stephen King


Nous devions quitter la France, mais il me restait un dernier acte à accomplir avant cela. Lorsque la nuit tomba, je commençais à agir. Pour garder une image décente de deuil, ma famille ne sortait plus énormément de notre maison. J'hypnotisais la bonne pour qu'elle m'invite à entrer. Je lui tordis ensuite le cou. Une mort rapide, elle avait de la chance…Je croisais le majordome, et lui déchiquetais la gorge avant qu'il ne crie. Je bus son sang pour me repaître. Je grimpais à l'étage et enfermais mes parents dans leur chambre. J'agis de même avec mon frère. Je pris les deux clés avec moi et les glissaient dans mon corsage. Dans la cuisine, je trouvais de l'huile et dans la grange, de la paille. Je pris les deux et en répartis un peu partout dans la maison avant de prendre un ballot assez gros et de l'allumer à l'aide d'une torche. Je le jetais dans l'entrée. Je répétais l'opération plusieurs fois avant que le feu ne prenne réellement bien. Je vis les flammes lécher le bois de la maison et se répandre extrêmement vite. Lorsqu'il atteignit l'étage du haut, j'entendis des cris, des hurlements de terreur et de douleurs. J'en jouissais. Voir le feu dévorer ainsi la carcasse de cette affreuse maison, brûler vif mon père indigne et mon frère incestueux, sans parler de cette folle, ma mère, cette maudite religieuse qui n'avait jamais rien fais de bien pour moi. Ils brûlaient. Ils brûlaient vif et j'adorais ça. J'entendis leurs cris, jusqu'à ce que des gens voient les flammes et commencent à arriver. Je me dissimulais dans l'ombre un peu plus loin, sans jamais rien rater du spectacle.

Le feu était si beau…Ses flammes me semblaient douce, tentatrice. Je savais qu'il était l'une des rares choses encore capable de me tuer. J'avais envie de m'approcher, de le toucher. Sa danse envenimait mes sens, contractait mon bas ventre. Il créait en moi d'intenses pulsions sexuelles à assouvir absolument. J'humectais mes lèvres, essayant de me remettre les idées en place. Les cris s'éteignirent en même temps que la vie de ceux qui, jadis, furent ma famille. Les habitants de Paris voulurent se mobiliser et ils en auraient, je le savais, jusqu'à l'aube si pas plus à éteindre ce brasier. Satisfaite, je revins auprès de Rowan, excitée comme jamais. Je développais une personnalité encore plus provocatrice et joueuse qu'auparavant. Je voulais sentir à nouveau cette exquise extase. J'étais prête à tout. Ce qui, auparavant n'était peut-être qu'un masque devint de plus en plus présent…


5. « La certitude du péché dans un acte est sans douce l'unique force invincible qui nous pousse à son accomplissement. » Edgar Allan Poe


Nous passâmes les années, les siècles suivant, à parcourir une bonne partie du monde. Pour final, nous décidâmes de nous établir à Londres. J'avais laissé derrière moi, dans le feu ravageant la maison de mon enfance, les préjugés que l'on m'avait inculqué sur les anglais. De la France, je ne gardais qu'un léger accent tournant la tête des plus fidèles.
Je n'ai jamais pu me résoudre à quitter Rowan, j'ignore pourquoi. Une sorte d'attachement s'est développé entre nous. Peut-être est-ce ça, l'amour? Non, je ne crois pas à cette chose…Nous sommes simplement possessif, très possessif. Chacun désire l'autre ardemment, même après tous ces siècles. Nous nous désirons tellement que chacun fais tout pour que la flamme ne s'éteigne jamais. Et, depuis plusieurs années, j'ai élaboré un jeu fort amusant pour cela. Mes amants sont nombreux et divers. J'ai couché avec des vampires, des loups, et même des humains. Bien que, pour ces derniers, cela avait tendance à se finir dans un bain de sang…Aucun mortel n'a jamais été capable de satisfaire amplement mes besoins. Je suis une fille de la luxure, une création du malin, et je l'assume. Chaque fois que l'odeur d'un autre homme persistait sur ma peau, Rowan mettait en œuvre tous les moyens possible pour l'ôter, avec du sexe de plus en plus violent. Et plus il gagnait en violence, plus j'aimais cela…
C'est un jeu malsain, que nous continuons encore aujourd'hui, bien qu'il se soit endurcit.

Nous vivons donc à Londres. Nous sommes arrivés il y a bien des années et avons prêté allégeance au maître de la ville, un très joli garçon du nom de Asher. N'est-ce pas un doux prénom? C'est en tout cas un vampire des plus exquis, avec qui j'aimerais vraiment jouer. Ou plutôt…Que je laisserais bien jouer avec moi. Comment Rowan réagirait-il? Mh, ça promet d'être des plus délicieux! Que les deux hommes soient plus vieux et plus puissant que moi, je m'en fiche totalement. Lorsqu'une femme séduit un homme, c'est elle qui a le véritable contrôle, quelle que soit les apparences…


Dernière édition par Lorlyne A. Delaunay le Dim 21 Fév - 22:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asher L. Blackstone
VAMPIRE MASTER
I'M NOT A HERO
avatar

Messages : 1255
Date d'inscription : 25/12/2009

« Je te vois »
▌Rang: Maître Vampire de Londres -et de Shadly Hollow. Au moindre problème, laissez un message après le « Pitié ne me tuez pas ! »
▌Pouvoir spécial: Retour de pouvoir, je peux blesser à distance en retournant le pouvoir de quelqu'un contre lui.
▌Relationship's:
MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Dim 21 Fév - 22:51

    Moi j'veux bien coucher avec toi niarf niarf niarf niarf niarf

    Euh, je veux dire...bienvenue ! Fiche parfaite, comme toujours Rolling Eyes

    Validée Pervers Maintenant, tu viens dans mon lit ? Ange Alleeez Ange



    SO MANY TIMES I THINK I'M A GENIUS. - gif (c) shiya
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Dim 21 Fév - 22:56

    bienveeenuuuuuue I love you

    haaaaan Eva Greeeeeen Crying or Very sad ... 019

    tu couches avec les filles aussi ? *OUT*

    =DD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Dim 21 Fév - 22:56

    Quand bon vous semblera, très cher maître de mon coeur...
    Je serais toute soumise à vos désirs, pour vous remercier de cette validation si rapide Rolling Eyes

    ( Je suis sure que Rowan va devenir dingue après !a *w* )

    Tess > Merciiiiii <3
    Mh ça dépend Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Asher L. Blackstone
VAMPIRE MASTER
I'M NOT A HERO
avatar

Messages : 1255
Date d'inscription : 25/12/2009

« Je te vois »
▌Rang: Maître Vampire de Londres -et de Shadly Hollow. Au moindre problème, laissez un message après le « Pitié ne me tuez pas ! »
▌Pouvoir spécial: Retour de pouvoir, je peux blesser à distance en retournant le pouvoir de quelqu'un contre lui.
▌Relationship's:
MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Dim 21 Fév - 22:58

    Qu'il aille au Diable celui-là ! Je suis tellement mieux ! Cool

    Very Happy Very Happy Very Happy



    SO MANY TIMES I THINK I'M A GENIUS. - gif (c) shiya
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Dim 21 Fév - 23:04

    Qui oserait vous contredire? Mon maître adoré...
    Prenez moi!!

    *Va faire sa fiche de lien*
    Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel A. Malakian
Vampire
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 25/01/2010

« Je te vois »
▌Rang: Vampire noble & Maître vampire... assassin.
▌Pouvoir spécial:
▌Relationship's:
MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Dim 21 Fév - 23:10

    Citation :
    Lorsqu'une femme séduit un homme, c'est elle qui a le véritable contrôle, quelle que soit les apparences…
    Et si c'est l'homme qui séduit la femme ?

    Délicieuse perle française, pays de mes plus vils souvenirs... ma couche vous est ouverte, mais vous le saviez déjà, n'est-ce pas ? Rejoignez-moi si mon corps vous en dit Pervers

    Et bien évidemment... bienvenue, et superbe fiche, comme toujours !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Dim 21 Fév - 23:16

    Aaah très cher, comme vous parlez bien! Je me réjouis d'avance de passer de longues et torrides nuits en votre si charmante compagnie...
    ( Je veux des amants pour rendre Rowan super jaloux, dévouez vous mes chéris *w* )

    N'empêche, les deux plus beaux garçons du forum déjà à moi! Manque plus que le petit Zane, le petit Lucian... Rolling Eyes


Dernière édition par Lorlyne A. Delaunay le Dim 21 Fév - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Asher L. Blackstone
VAMPIRE MASTER
I'M NOT A HERO
avatar

Messages : 1255
Date d'inscription : 25/12/2009

« Je te vois »
▌Rang: Maître Vampire de Londres -et de Shadly Hollow. Au moindre problème, laissez un message après le « Pitié ne me tuez pas ! »
▌Pouvoir spécial: Retour de pouvoir, je peux blesser à distance en retournant le pouvoir de quelqu'un contre lui.
▌Relationship's:
MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Dim 21 Fév - 23:18

    Moi je suis tout à fait volontaire =DD *OUT* Mais je resterai fidèle à ma louve quand nous serons ensemble ! Boude



    SO MANY TIMES I THINK I'M A GENIUS. - gif (c) shiya
    Spoiler:
     

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Lun 22 Fév - 11:50

Bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Lun 22 Fév - 15:14

Bienvenue, fille de la luxure, succube des nuits sanglantes...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Lun 22 Fév - 15:32

Bienvenue très chère, j'espère vous croiser très bientôt Wink

Asher tu es incorrigible ! moi au moins je ne fais pas de demandes indécentes dès la première rencontre ! *voit Gabriel* ... *sort vite avant de dire un truc qu'elle pourrait regretter*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   Lun 22 Fév - 22:52

    Asher > Vil maître que tu es! Aaah je m'abandonne dans ton étreinte macabre Rolling Eyes

    Aka > Merci I love you

    Eva > Moi aussi je veux un lien Very Happy <3

    Faith > Et moi donc! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lorlyne Alize Delaunay •• fire addiction. && « take me now, honey...»
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» MILLA ♣ set fire to the rain
» FIRE BURNS ~ ft. jackie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shadly Hollow :: 
L'Antre ••
 :: « I know you by your soul » :: » Sorry, not this time !
-
Sauter vers: